Dernières lectures #2 : fin d’année livresque

Bilan lectures Décembre

Ca y est, la fin d’année commence à pointer le bout de son nez ! Mais 2015 n’est pas encore fini, il reste encore un peu de temps pour avaler quelques livres et réduire cette Pile à Lire qui ne cesse de s’agrandir (dangereusement). Avec le mois de décembre, j’ai surtout dédié mes lectures à celles prévues pour le Cold Winter Challenge dont je vous parlais en début de mois. Des lectures en relation donc avec l’hiver, la neige, le froid et Noël. Un assez beau programme littéraire pour se plonger peu à peu dans cette nouvelle saison qui, selon moi, est idéale pour la lecture. J’avais vraiment hâte de commencer ce challenge, surtout que la sélection que j’avais faite m’attirée énormément, j’ai même d’ailleurs déjà lu 3 livres sur 6 de cette sélection.

Au vu des notes que j’ai données à ces quatre dernières lectures, je peux dire avec joie que ce fut un excellent mois littéraire. Alors accrochez vos ceintures, voici le résumé de mes dernières lectures et même un petit aperçu des prochaines (petits chanceux va).

Lolita Nabokov critique livre

Lolita de Vladimir Nabokov

Voici un grand classique qui m’attendait depuis longtemps et j’ai décidé de m’y atteler avant la fin d’année. Lolita résonne à nos oreilles comme une mélodie, et c’est d’ailleurs ainsi que nous la présente dans les premières pages Humbert Humbert, cet homme d’une quarantaine d’année, éperdument amoureux de cette jeune fille de 14 ans.

Une lecture très riche de part son style littéraire soigné et poétique, mais aussi extrêmement déstabilisante et gênante. Le lecteur prend en effet place juste à côté de ce très cher Humbert et suit ses pérégrinations ainsi que toutes ses pensées envers cette Lolita, nymphette de toutes les nymphettes, insouciante et innocente. Le sujet de la pédophilie est rapidement mis en toile de fond, dans une ambiance parfois assez poisseuse, mais au final lourde de sentiments et d’émotions répressibles et pourtant… le lecteur sera amené à douter de la culpabilité de Humbert. Pour les plus curieux, voici ma critique complète sur ce chef d’oeuvre que je ne saurai vous recommander.

There are two kinds of visual memory: one when you skillfully recreate an image in the laboratory of your mind, with your eyes open (and then I see Annabel in such general terms as: « honey-colored skin, » « thin arms, » « brown bobbed hair, » « long lashes, » « big bright mouth »); and the other when you instantly evoke, with shut eyes, on the dark innerside of your eyelids, the objective, absolutely optical replica of a beloved face, a little ghost in natural colors (and this is how I see Lolita).

Ma note : 8/10


Les fiancés de l'hiver, la passe-miroir tome 1 critique

Les fiancés de l’hiver de Christelle Dabos

Ce livre a secoué la bookosphère et je n’ai pas pu résister très longtemps tellement j’en entendais parler tout le temps ! Au début, le style « jeunesse » me faisait un peu peur, néanmoins je n’ai pas pu m’empêcher de le mettre dans ma liste du Cold Winter Challenge et c’est d’ailleurs avec cette lecture que j’ai entamé le challenge. Pour tout vous dire, je n’ai pas été déçue de cette entrée en matière !

Ophélie a un don : elle peut « lire » les objets, soit remonter toute leur histoire et en connaître les moindres détails, ainsi que traverser les miroirs (oui, rien que ça). Néanmoins, la main d’Ophélie vient d’être offerte à un homme puissant et vivant sur autre autre arche que la sienne. Cet homme, du nom de Thorn, est froid, distant et de surcroît dénué de toute bienveillance. Emmenée contre son gré au Pôle, Ophélie va découvrir un tout autre monde que le sien, où la cour fait la loi, où les faux-semblants valent pour la vérité et où les apparences sont bien plus que trompeuses. Victime de plusieurs manigances, c’est au cours de ses nombreuses péripéties qu’Ophélie découvrira, avec effroi, que cette union forcée n’a pas pour seul motif de rassemble ces deux familles que tout oppose…

Premier volet d’une série (annoncée à 4 tomes pour le moment), ce livre était très prometteur et a répondu à toutes mes attentes : légèreté (j’ai entre-coupé Lolita avec Les fiancés de l’hiver et c’était vraiment parfait), aventure et univers hivernal. Etant un roman destiné à la jeunesse, la lecture est fluide, facile et très agréable. Les péripéties se déroulent sans accrocs et le lecteur s’attache très rapidement aux différents personnages, notamment Ophélie, petit bout de femme qui s’empêtre elle-même dans de bien mauvaises postures, se cogne à tous les objets lorsqu’elle ne les casse pas, mais cachant derrière sa grande timidité un caractère bien trempé.

J’ai retrouvé avec plaisir l’ambiance d’A la croisée des mondes, autant au niveau du style littéraire que des aventures que vit notre petite héroïne aux talents incroyables. Ce n’est pas de la grande littérature et les intrigues ne sont pas extrêmement complexes, néanmoins j’ai énormément apprécié me plonger dans ce monde et j’ai donc vraiment hâte de me lancer dans le second tome en début d’année 2016 !

 — J’ai tué un homme.
Il avait jeté cela d’un ton nonchalant, comme une banalité, entre deux lampées de soupe. Les lunettes d’Ophélie blêmirent. A côté d’elle, la tante Roseline s’étrangla, au bord de la syncope. Berenilde reposa sa coupe de vin d’un geste calme sur la nappe de dentelle.
— Où ? Quand ?
Ophélie, elle, aurait demandé : « Qui ? Pourquoi ? »
— A l’aérogare, avant que je n’embarque pour Anima, répondit Thorn d’une voix posée. Un disgracié qu’un individu mal intentionné m’a dépêché aux trousses. J’ai quelque peu précipité mon voyage en conséquence.
— Tu as bien fait.
Ophélie se crispa sur sa chaise. Comment donc, c’était tout ?
« Tu es un assassin, parfait, passe-moi le sel… »

Ma note : 8/10


La fille de l'hiver Eowyn Ivey critique

La fille de l’hiver d’Eowyn Ivey

J’ai découvert cette lecture via la chaîne Youtube de Margaud Liseuse. Ce n’est pas le genre de livre qui, de prime abord, m’intéresse néanmoins… il y avait un renard dans le récit (et sur la couverture) et là nous faisons face à un argument de taille ! L’histoire se passant en Alaska et étant une réécriture de conte russe, elle entrait parfaitement dans une des catégories du Cold Winter Challenge, je n’ai donc pas hésité et cette lecture s’est avérée être une petite perle.

Mabel et Jack vivent au fin fond de l’Alaska, dans une grande cabane en bois construite de leurs propres mains, et s’apprêtent à vivre leur premier hiver sur cette terre à l’aspect inhospitalier. S’ils ont quitté leur vie cosy de Philadelphie c’est tout d’abord pour fuir et oublier la perte de leur enfant, lors d’une fausse couche. Jack est un homme fort et robuste qui se mure dans le silence et le déni, tandis que sa femme, sensible et refermée sur elle-même ne peut oublier. Lors de la première neige, ils retrouvent un peu de bonheur et de réconfort dans le simple fait de construire un bonhomme de neige ensemble, à qui il donne les traits d’une enfant. Le lendemain, une petite fille, accompagnée de son renard (!!), fraîche comme la neige et sauvage comme la montage, se présente à leur porte, portant l’écharpe et les moufles de leur bonhomme de neige. Cette enfant serait-elle celle qu’ils attendaient ? D’où vient-elle ? Et pourquoi disparaît-elle à chaque printemps pour ne revenir qu’à la première neige ?

Cette histoire est froide, très froide. On grelotte avec ses personnages et néanmoins on reste complètement émerveillé par la beauté et la grandeur des paysages de l’Alaska :  mont enneigés, forêts touffues, canneberges gelées, animaux sauvages se faufilant entre les branches, vacarme de la rivière… Le paysage apporte à l’histoire tout sa délicatesse et sa sensibilité.

Dans ce livre on parle d’amour, d’espoir, de tristesse mais aussi de bonheur, le plus simple qui soit, comme regarder la neige tomber. La mystérieuse petite fille Faïna, en référence à la lumière orangée du soleil se couchant sur la montagne enneigée, est touchante et attachante, malgré son caractère sauvage et indépendant. Elle est la « petite étincelle » qui va permettre à ce couple blessé de se redresser, d’apprendre à revivre et à avancer. Aucune explication rationnelle ne sera donnée sur Faïna, semblant tout droit sortie du cœur de la neige. Ce qui fait toute la magie de ce récit c’est que l’on peut se passer de cette explication.

En refermant ce livre j’ai ressenti un drôle de mélange, entre tristesse et apaisement. Ce récit est calme, comme un soir de neige, ses personnages attachants, et je suis ravie d’avoir pu au travers de ma lecture ressentir l’hiver de l’Alaska sur mes joues. Je recommande ce livre à tous les amateurs de grands espaces et de belles histoires, promis, il vous fera un très grand bien !

Un renard roux file au milieu des arbres abattus. Il disparut une minute et reparut plus près de la forêt, sa longue queue en panache flottant derrière lui à ras de terre. Puis il se figea. L’espace d’un instant, leurs regards se croisèrent, et là, dans les fentes de ses iris dorés, Jack contempla toute la sauvagerie de l’Alaska. A croire qu’il regardait la nature dans les yeux. […] Lorsqu’elle se redressa, lentement, le paysage se déploya sous ses yeux. Le soleil couchant teintait de rose pâle les cimes enneigés des montagnes de part et d’autre de la vallée tandis que les touffes de saule arctiques nains, les bancs de gravier, les forêts d’épicéas, les peupleraies des contreforts, en tapissaient les flancs d’un bleu dur. Ni près des clôtures, ni habitation ni routes, pas âme qui vive dans cette immensité à perte de vue. Seulement la nature sauvage.

Ma note : 8/10


Christmas Carol Charles Dickens critique

A Christmas Carol de Charles Dickens

A quelques jours de Noël, c’est avec un énorme plaisir que j’ai entamé cette lecture. Dire que je l’ai lu serait en fait mentir… je l’ai plutôt dévoré. Une journée m’a suffit pour lire cette petite nouvelle merveilleusement bien écrite et délicieusement fantastique. J’ai toujours connu ce conte sous forme de film pour enfants (avec les Muppets, c’est pour dire) et pouvoir lire l’histoire originale m’a rappelé de très nombreux souvenirs chaleureux de Noëls en famille.

Ebenezer (ça c’est du prénom qui envoie !) Scrooge est un homme avare, aigri, froid et tranchant comme la pierre. Rien ne l’émeut, même pas les prémisses de Noël qui se font ressentir autour de lui, fête qu’il déteste d’ailleurs et qualifie de « foutaise ». Il ne connait ni bonté, ni bienveillance, ni gaieté. Durant la nuit froide et brumeuse de Noël, le fantôme de son vieil associé, mort depuis 7 ans, se manifeste à lui et le prévient que trois autres fantômes vont venir le hanter cette nuit-même. « Foutaises » dira Scrooge qui s’endormira peu après… pour être réveillé quelques heures plus tard par le premier fantôme, celui du Noël Passé. S’en suivra le fantôme du Noël Présent et celui du Noël A Venir. Au travers de ces trois voyages dans le temps, Scrooge sera confronter à lui-même (passé, présent et futur), à son comportement et devra tirer des leçons de ce qu’il observera s’il ne souhaite pas réaliser les prédictions macabres du fantôme du Futur.

Si cet anti-conte de fée m’a tant plu c’est tout d’abord pour son univers : Dickens arrive à nous faire sentir la froideur du cœur de Scrooge et de son univers au travers des mots. Tout nous semble devenir crasseux et sans intérêt lorsque nous passons au travers du regard de Scrooge. Le lire en anglais a été un réel régal, Dickens jouant avec les mots de manière extraordinaire. De plus, ce court récit est porteur d’un message que j’affectionne : les périodes de fêtes de fin d’année sont l’occasion de faire preuve de bonté et de gratitude, mais aussi de retrouver ses proches.

External heat and cold had little influence on Scrooge. No warmth could warm, no wintry weather chill him. No wind that blew was bitterer than he, no falling snow was more intent upon its purpose, no pelting rain less open to entreaty. Foul weather didn’t know where to have him. The heaviest rain, and snow, and hail, and sleet could boast of the advantage over him in only one respect. They often « came down » handsomely and Scrooge never did.

Ma note : 8/10


Et pour les prochaines lectures ?

Mes prochaines lectures seront, forcément, dédiées au Cold Winter Challenge. J’ai notamment continué sur ma lancée en commençant il y a quelques jours Le chagrin du roi mort de Jean-Claude Mourlevat. Un autre récit jeunesse qui, au bout de quelques pages, me semble réserver quelques surprises.

Néanmoins, je pense faire une pause dans les lecture hivernales pour finir le tome 1 d’Outlander de Diana Gabaldon que j’avais commencé en novembre. J’avais eu le très grand plaisir de retrouver l’ambiance de la série et ces personnages auxquels je suis tant attachés. Mes vacances de Noël seront donc 100% Scottish !

Un autre livre que je souhaiterai lire avant la fin de l’année (surtout parce que je l’ai emprunté à la bibliothèque et qu’il faut le rendre… incessamment sous peu, voire tout de suite) et qui est Petites recettes de bonheur pour les temps difficile de Suzanne Hayes et Loretta Nyhan.

Et vous, vous avez prévu de lire quoi pour la fin d’année ?

4 Comment

  1. Superbes chroniques !
    Je lis actuellement « La fille de l’hiver » et je suis totalement sous le charme. Cette lecture est apaisante, comme tu le dis dans ton article. On est dans un récit d’une simplicité qui fait beaucoup de bien, les descriptions sont si réalistes que l’on s’invite facilement dans cette petite cabane en Alaska ! Je ne l’ai pas terminé mais bref… J’adore !!!

    1. Merci pour ton très gentil commentaire, je suis ravie que mes petites critiques te plaisent :)
      La fille de l’hiver… alala mais quelle magnifique histoire ! Sensible, délicate et comme tu le précises les paysages sont d’une beauté incroyable, on s’y croirait presque ! Avec ce livre l’Alaska prend un tout autre visage pour moi.
      J’espère que la suite de l’histoire te plaira et que lorsque tu le refermeras tu auras l’impression, tout comme moi, que tu viens de faire un magnifique voyage au coeur de la montagne !
      Excellente lecture à toi :)

  2. Coucou,
    Je viens de découvrir ton blog et j’adore, agréable découverte !
    J’ai lu Les fiancés de l’hiver l’année dernière, suite à l’engouement qu’il y avait eu pour ce livre sur la blogo et j’avoue avoir été un peu déçue, je ne sais pas encore si je me lancerais dans le tome 2 ou pas…
    Et en ce moment, je suis justement en train de lire La fille de l’hiver, une véritable petite douceur pour le moment, j’adore.
    Et je vois qu’on a vraiment les mêmes genres de lectures, car j’ai justement acheté il y a peu A Christmas Carol que j’espère lire cet hiver également.
    Bonnes lectures à toi et bonnes fêtes ! :)

    1. Bonsoir !
      Je suis ravie que le blog te plaise !
      Quelles parties t’ont déçu dans Les fiancés de l’hiver ? Le côté jeunesse peut être, avec une histoire restant assez simple ?
      La fille de l’hiver est une merveilleuse découverte que j’ai faite et je suis vraiment ravie de l’avoir lu à cette époque de l’année !
      Je vais aller regarder ton blog, il se peut que tes lectures me donnent des idées, surtout si tu trouves que nous avons des points communs 😉
      Tu me diras également ce que tu as pensé de Christmas Carol : un joli conte qui se lit d’une traite comme on déguste un bon chocolat chaud, je l’ai adoré, d’autant plus que je l’ai lu en VO !
      Bonne soirée, excellentes lectures à venir et surtout merveilleuses fêtes de fin d’année <3

Laisser un commentaire